BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger, Bulliard 95, CH-1792 Cordast, Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags), Fax +41 (0)26 684 36 45, www.buero-dlb.ch

BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger
Bulliard 95
CH-1792 Cordast
Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags)
Fax +41 (0)26 684 36 45
E-Mail
www.buero-dlb.ch

"DESSIN POLITIQUE, DESSIN POÉTIQUE"

"DESSIN POLITIQUE, DESSIN POÉTIQUE"

10.11.2018 Exposition Musée Jenisch, Vevey, jusqu'au 24 février 2010


Image: Martial Leiter (*1952), Haute cuisine, Plume et encre sur papier, 224 x 64 mm, Collection de l'artiste © Martial Leiter

Cet automne, le Musée Jenisch Vevey invite Frédéric Pajak, artiste, écrivain, éditeur et commissaire indépendant, à présenter l'exposition "Dessin politique, dessin poétique". Au travers d'une sélection de plus de 250 dessins et estampes du XVIIe siècle à aujourd'hui, ce projet entend porter un regard nouveau sur deux genres souvent perçus comme opposés: le dessin politique et le dessin poétique - ici circonscrit au paysage. Nombreux sont pourtant les artistes, d'époques et d'origines diverses, ayant apprécié et pratiqué ces deux genres, publiquement ou secrètement. Callot, Corot, Dix, Giacometti, Goya, Klee, Kokoschka, Kollwitz, Rembrandt, Sempé, Steinlen, Vallotton ou encore Ungerer, y traduisent, chacun à leur manière, leur vision du monde, soumettant alors la réalité à l'épreuve du dessin.

Si le dessin de presse répond à l'urgence de l'actualité, il existe un dessin politique plus intemporel, virtuose et élaboré, parfois d'un minimalisme radical, qui exprime avant tout une véritable vision du monde.

D'autres artistes, plus oniriques, s'inspirent de la nature. Ils se postent devant le frémissement des arbres ou l'étincellement du ciel et de l'eau. Ils deviennent alors les "poètes des formes silencieuses". Face à la société des hommes ou face à la douceur et à la fureur de la nature, le dessinateur répond toujours par un excès de sentiments. Dessin politique et dessin poétique entament alors un dialogue.

Issues des collections du Musée Jenisch Vevey, dont celles réunies au sein du Cabinet cantonal des estampes, les 74 œuvres 
- dessins et estampes - choisies par Frédéric Pajak dans les fonds veveysans sont complétées par des emprunts auprès de nombreux privés, et des institutions suivante: Fondation Folon, La Hulpe (B), Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris, Fondation Otto Dix, Vaduz (L), Fondation Elsbeth Kasser, Thun, Kunstmuseum Thurgau, Warth, Musée Tomi Ungerer, Centre International de l'Illustration, Strasbourg, Zentrum Paul Klee, Bern. Un ensemble important de 35 œuvres sur papier est par ailleurs généreusement prêté par le Musée d'art et d'histoire de Genève.

Cette exposition "carte blanche" offerte à Frédéric Pajak, dont l'œuvre du père - Jacques Pajak - est conservé à Vevey, est à découvrir dans les deux ailes du rez-de-chaussée du musée.

Elle s'accompagne d'une publication éditée en partenariat par le musée et Les Cahiers dessinés.

L'exposition

Il m'est souvent apparu que, publiquement ou secrètement, nombre de dessinateurs passaient d'un dessin politique à un dessin poétique - ici circonscrit au seul paysage -, pour des raisons avouées, ou inavouées. Ainsi, par exemple, resté en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, l'artiste "dégénéré" Otto Dix, après avoir produit de nombreuses gravures politiques, essentiellement liées aux conséquences de la Première Guerre mondiale, se consacra en silence au paysage, loin des atrocités du monde.

À l'inverse, un artiste paysagiste comme Camille Pissarro, doué d'une conscience politique aiguë, exprima sa révolte dans un recueil de gravures intitulé "Turpitudes sociales".

En cherchant un peu plus, j'ai retrouvé ce va-et-vient entre politique et poésie chez de nombreux artistes, à commencer par Rembrandt avec ses gravures de mendiants, ou encore Goya - les fameux "Désastres de la guerre". Toutefois, il ne s'agit pas de forcer ces rapprochements, mais plutôt de montrer au public deux aspects apparemment antagoniques du dessin, en laissant librement se rejoindre ou pas la conscience politique et la rêverie.

Confronter deux aspects opposés du dessin ne signifie pas les contraindre coûte que coûte à dialoguer. En vérité, ce n'est pas le titre ni le concept de l'exposition qui décident de l'ordre des œuvres sur les murs et dans le catalogue, mais ce sont les œuvres elles-mêmes qui dictent leurs correspondances ou non.

Ainsi, en se représentant lui-même en tenue de mendiant, Rembrandt souligne la misère sociale de son époque et exprime ironiquement sa critique de la société. En revanche, dans ses paysages gravés, il représente l'homme seul dans l'immensité de la nature, inspiré par le souffle poétique.

Dans l'exposition, et d'une autre manière dans la publication, les œuvres se rejoignent ou se repoussent, indépendamment de leurs époques et de leurs styles. Les pauvres de Jacques Callot ou de Théophile Alexandre Steinlen, les malheureux de Käthe Kollwitz ou de Frans Masereel font écho aux SDF parisiens d'Anne Gorouben. Rien ne les prédestinait à se confronter.

De même, les guerres se répondent: guerre franco-espagnole de Goya, Seconde Guerre mondiale de Paul Klee ou de Varlin, guerre d'Algérie de Siné, guerre du Vietnam de Tomi Ungerer ... Et les paysages, notamment ceux de Rodolphe Töpffer, de Jean-Baptiste Camille Corot, de Ferdinand Hodler, d'Oskar Kokoschka, d'Alberto Giacometti se mesurent à ceux de Pierre Tal Coat, d'Albert-Edgar Yersin, ou de Jean-Michel Folon. Paysages d'une nature apaisante ou hostile, ils inspirent à leurs contemplateurs toutes les nuances de la poésie.

Certains dessinateurs ont brillé autant dans l'art politique que dans l'art poétique, d'autres se sont résolus exclusivement à l'un ou à l'autre: chacun a exprimé au plus près de sa sensibilité sa vision du monde. Confronté aux époques proches et lointaines, aux inspirations les plus variées, le public prend plaisir à cet art immense et méconnu qu'est le dessin, à la richesse de son langage, à ses mystères tout en évocations, à ses fulgurances, à ses engagements politiques et poétiques. 

Frédéric Pajak, commissaire de l'exposition

Contact:

http://www.museejenisch.ch/

#MuséeJenischVevey #DessinPolitiqueDessinPoétique #FrédéricPajak #CHcultura

Zurück zur Übersicht