BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger, Bulliard 95, CH-1792 Cordast, Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags), Fax +41 (0)26 684 36 45, www.buero-dlb.ch

BÜRO DLB - IDEE-REALISATION-KOMMUNIKATION
Daniel Leutenegger
Bulliard 95
CH-1792 Cordast
Tel +41 (0)26 684 16 45 (nachmittags)
Fax +41 (0)26 684 36 45
E-Mail
www.buero-dlb.ch

"LIBERTÉ D'IMPRESSION"

"LIBERTÉ D'IMPRESSION"

13.02.2020 Expositions Musée des Beaux-Arts Le Locle (MBAL), du 15 février jusqu'au 1er juin 2020 – Vernissage Vendredi 14 février à 18h30


Image: © Chappatte, dessin paru le 3 février 2007 dans "Le Temps", www.chappatte.com

CHAPPATTE
Gare aux dessins!

VARIÉTÉS, REVUE D'AVANT-GARDE
Berenice Abbott, Florence Henri, Germaine Krull...
La collection de l'Amsab révélée

CHOPPED LIVER PRESS
Who Shall We Love

KATRIEN DE BLAUWER
Isabelle a 24 ans... Isabelle a 42 ans

DAUMIER, VALLOTTON ET STEINLEN... OSER S'OPPOSER !
De la Collection

Depuis 140 ans, dessinateurs et photographes ont trouvé au sein de la presse écrite un lieu de diffusion de leurs images. Journaux et magazines vivent un véritable âge d'or au 20e siècle, les images en ont fait leur succès. Un premier bouleversement survient à l'apparition de la radio et de la télévision. Au 21e siècle, cette presse se trouve sous de nouvelles pressions, des petites maisons d'édition aux médias de masse. A l'heure où Internet et son réseau tentaculaire prennent une place grandissante au sein de nos vies, le musée place la presse et ses images au cœur de sa programmation.

Le MBAL conserve dans ses collections quelques belles gravures de Daumier, Vallotton ou Steinlen dont les dessins répondaient à l'actualité de l'époque. La caricature est un langage politique depuis les débuts de l'imprimerie et connaît une longue tradition.

Le MBAL rend également hommage aux photographies qui ont enrichi la presse illustrée. L'exposition consacrée à la revue belge Variétés, dont l'existence se résume à 25 numéros parus entre 1928 et 1930, réunit les plus grandes signatures de la photographie de l'entre-deux-guerres, tels que Germaine Krull, Eugène Atget ou Berenice Abbott.

Or journaux et magazines ne sont pas destinés à être conservés. Ils sont vite remplacés, vite jetés, vite oubliés, pour toujours répondre à la plus récente des actualités. Aujourd'hui, de moins en moins d'artistes travaillent pour cette presse sur papier. Katrien de Blauwer comme Broomberg & Chanarin en détournent même l'usage.

Alors que le dessin politique s'est développé en même temps que 
la presse, il se trouve aujourd'hui malmené. La virulence des débats autour des caricatures de Mahomet a marqué un tournant en 2005. Les attentats de janvier 2015 en France visaient spécifiquement les dessinateurs du journal Charlie Hebdo.

En juin 2019, The New York Times annonçait la fin de la caricature politique dans ses pages. Le dessinateur de presse Chappatte, directement visé par la mesure, s'en est inquiété publiquement, voyant certains de ses homologues en prise directe avec la censure quand d'autres ne perdent pas leur travail. Le MBAL a souhaité prendre part à ce débat en offrant à Chappatte une exposition. Il y est question d'humour, de pouvoir des images et de liberté de création.

Nathalie Herschdorfer

Directrice

chappatte

Image: © Chappatte, dessin paru en une du site web du "New York Times" le jour de l'attentat contre "Charlie Hebdo", le 8 janvier 2015, www.chappatte.com

Chappatte - Gare aux dessins!

Au 21e siècle, le dessin de presse cristallise de nombreuses questions: peut-on rire de tout et avec tout le monde? Peut-on tout tolérer au nom de la liberté d'expression?

Défendre la satire politique dans un contexte mondial de plus en plus tendu crée débat même au cœur des démocraties occidentales. Les caricaturistes sont des agitateurs d'idées et participent à éveiller les consciences. Au 19e siècle, le combat pour la liberté d'expression se gagne aussi avec les crayons.

Avec cette exposition, Chappatte (Suisse, 1967) montre le pouvoir de la caricature politique, langage universel qui saute les frontières. Pouvoir de dénoncer, pouvoir d'interroger l'actualité politique et la réalité qui nous en-toure.

Dans certains régimes autoritaires, les ciseaux de la censure rappellent que dessinateur de presse est parfois un métier à risque. Les caricaturistes résistent, contournent les interdits et les pressions. Lorsque leurs dessins déchaînent des passions disproportionnées, suscitent les pires réactions, il convient de s'interroger...

Les crispations grandissent depuis les fatwas lancées contre les caricaturistes danois en 2005 et depuis les attentats contre Charlie Hebdo de 2015. Cherchant à viser l'actualité, le dessin de presse est là pour déranger, déformer la réalité pour en dire la vérité. A l'ère des réseaux sociaux où chacun est à fleur de peau, le dessin politique semble plus que jamais en danger.

A l'annonce en été 2019 de la fin du dessin politique dans le New York Times, Chappatte écrit: "A présent, qui montrera le roi Erdogan nu, quand plus un seul dessinateur turc ne peut le faire? L'un d'eux, notre ami Musa Kart, est maintenant en prison. Des caricaturistes du Venezuela, du Nicaragua et de Russie ont été contraints à l'exil. Ces dernières années, certains des meilleurs caricaturistes des Etats-Unis, comme Nick Anderson et Rob Rogers, ont perdu leur emploi parce que leurs éditeurs jugeaient leur travail trop critique envers Trump. On devrait peut-être commencer à s'inquiéter. Et à riposter. Les dessins de presse sont nés avec la démocratie. Et ils sont attaqués quand la liberté l'est."

Depuis 30 ans, Chappatte livre à la presse suisse et étrangère des dessins qui titillent et abordent l'actualité avec un regard décalé. Sous le trait pacifique du crayon, la satire n'est jamais séparée d'une réflexion citoyenne. Le dessin politique défie certes mais toujours dans le but de faire réfléchir, d'émouvoir ou de dénoncer. Et c'est bien parce qu'elles provoquent le débat que ces images doivent exister.

Et Chappatte de conclure: "Nous sommes à une période où les médias ont besoin de se renouveler et de toucher de nouveaux publics. Il faut juste cesser de craindre la foule en colère. Dans ce monde de fous qui est le nôtre, l'art du commentaire visuel est plus que jamais nécessaire. Tout comme l'humour."

L'exposition se divise en deux volets. Sur les murs de la salle se déploient librement quelques-unes des meilleures oeuvres de Chappatte parues dans la presse, tel un catalogue non raisonné, ou un feu d'artifice spontané d'images.

Dans un noyau au centre de la salle, Chappatte se concentre sur les menaces qui pèsent sur la liberté d'expression: de la pression politique classique à la forme de censure la plus extrême - le meurtre -, en passant par l'auto-censure préventive, nouvelle ligne franchie par le New York Times, et 
la pression des réseaux sociaux.

Dans cette démonstration, Chappatte convoque des homologues de Suisse, Bénédicte, Herrmann, Martial Leiter, Mix & Remix, Pitch, le journal satirique Vigousse; et du monde entier, Hani Abbas (Palestine/Syrie), Antonio (Portugal), Angel Boligan Corbo (Cuba/Mexique), Cabu (France), Coco (France), Michael de Adder (Canada), Dieter Hanitzsch (Allemagne), Musa Kart (Turquie), Avi Katz (Israel), Ann Telnaes (Etats-Unis), Xavier Gorce (France), Denis Lopatine (Russie), Pedro X. Molina (Nicaragua), Mark Knight (Australie), Rob Rogers (Etats-Unis), Kevin Siers (Etats-Unis), Zunar (Malaisie).

L'exposition est produite par la MBAL en étroite collaboration avec Chappatte pour le choix des oeuvres et des dessinateurs invités. Eric Burnand, journaliste et scénariste de BD, s'est chargé de la rédaction des textes. Le quotidien suisse Le Temps est partenaire de l'exposition.

cp

Contact:

http://www.mbal.ch/

#MBAL #MuséedesBeauxArtsLeLocle #LibertédImpression #NathalieHerschdorfer #Chappatte #Variétés #BereniceAbbott #GermaineKrull #Amsab #ChoppedLiverPress #KatriendeBlauwer #Daumier #Vallotton #Steinlen #AdamBroomberg #OliverChanarin #CHcultura @CHculturaCH ∆cultura cultura+

vallotton

© Félix Vallotton, Tu finiras par le savoir ton catéchisme !..., 1901. Dessin paru dans L'Assiette au beurre en 1902.

Zurück zur Übersicht